Allemagne : un vaste piratage a visé les élus politiques

À l’heure où les violations de données sont légion, force est de constater que les hackers gardent le plus souvent pour eux leur butin afin de le revendre dans un second temps. Seulement voilà, quand les données dérobées sont celles de personnalités publiques comme les élus politiques allemands, les pirates informatiques préfèrent les diffuser via les réseaux sociaux, comme s’ils désiraient montrer au plus grand nombre leur trophée !

Les données personnelles de nombreux élus politiques allemands visées par un piratage

Lors de la nuit du 3 au 4 janvier 2019, de nombreux élus politiques allemands ont été victimes de hackers qui sont parvenus à dérober un grand nombre de données personnelles.

En effet, de nombreuses données ont fuité puisque les réseaux sociaux ont vu fleurir des numéros de téléphone portable, des adresses électroniques, des conversations privées mais aussi des documents divers et variés relatifs à des personnes évoluant dans la sphère politique allemande.

La découverte des données a été faite par un journaliste du quotidien Bild, Julian Röpcke, sur le réseau social Twitter. Rapidement, il a lancé l’alerte afin qu’un minimum de personnes puisse accéder à ces données sensibles.

A priori, les hackers auraient réussi à obtenir des données particulièrement intéressantes puisque si de nombreux élus fédéraux ont été affectés par le piratage, des élus nationaux et européens et même Angela Merkel seraient également concernés.

Une enquête en cours pour identifier les responsables du piratage

Depuis la fameuse nuit du 3 au 4 janvier 2019, une enquête est menée afin de déterminer les origines de cet ample piratage.

Elle a déjà permis de mettre en lumière le fait que les élus politiques n’étaient pas les seuls visés étant donné qu’une quarantaine de journalistes travaillant sur la télévision publique mais aussi une dizaine d’artistes ont vu leurs données fuiter sur le web.

Pour le reste, toutes les formations politiques ont été affectées par ce piratage, exception faite du parti d’extrême droite, l’AfD, mais il semble peu probable qu’une telle action ait été conduite par lui.

Aussi, l’enquête se poursuit et va essayer de faire la lumière sur cette affaire.

No votes yet.
Please wait...

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Code Bali : Microsoft aspire à mieux garantir la confidentialité des données
  2. Services Microsoft : un piratage informatique touche 6% des utilisateurs

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.