Agence Mondiale Antidopage : des données secrètes dérobées

Agence Mondiale Antidopage

Alors que les Jeux Olympiques 2016 organisés à Rio de Janeiro se sont clos avant-hier soir, voilà qu’a été révélé publiquement le piratage de la base de données de l Agence Mondiale Antidopage. A priori œuvre d’Anonymous Pologne, cet acte aurait permis d’accéder et de dérober un grand nombre de données strictement confidentielles.

L Agence Mondiale Antidopage se fait hacker

Si ces derniers mois ont vu un pirate mettre en vente des données confidentielles appartenant à LinkedIn, Tumblr ou encore Yahoo !, il est possible d’imaginer que prochainement il en soit de même pour les données dérobées auprès de l Agence Mondiale Antidopage.

En effet, basée au Canada, l’institution n’a rien pu faire face aux hacktivistes d’Anonymous Pologne. Profitant d’une faille existante, ils ont réussi à accéder aux données confidentielles relatives à plusieurs milliers d’athlètes mais aussi à les dérober.

Un dossier d’un volume équivalent à plus de 400 Mo de données serait aujourd’hui entre les mains d’Anonymous Pologne et pourrait être riche en informations quand on connait les scandales de dopage et de triche qui ont émaillé l’avant Jeux Olympiques avec, entre autres, la radiation d’un nombre considérable d’athlètes russes.

Des données simples à lire car mal sécurisées !

Selon Hacked-DB, une société spécialisée dans l’analyse des données dérobées, celles volées à l Agence Mondiale Antidopage seraient très simples à lire. En effet, les 3121 couples adresses mails + mots de passe et les données personnelles relatives à chaque athlète disponibles dans le dossier volé n’auraient été protégés que par un hashage MD5, malheureusement défaillant.

Parmi les données obtenues, se trouveraient celles relatives à Yulia Stepanova, l’athlète russe à l’origine des révélations concernant le système de dopage organisé au sein de la délégation russe. Ces données sont d’autant plus confidentielles que la lanceuse d’alertes est aujourd’hui menacée de mort et que sa « tête » pourrait faire l’objet d’un contrat.

Autant dire qu’entre de mauvaises mains, certaines données pourraient avoir de lourdes conséquences.

 

 

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*