AdwCleaner sous le contrôle de Malwarebytes

adwcleaner

Depuis maintenant quelques années, s’il y a bien un logiciel de sécurité qui fait un carton, c’est assurément AdwCleaner. Pensé et conçu par un groupe de trois étudiants français, cet outil a été vendu il y a quelques jours à un géant de la cybersécurité, l’éditeur Malwarebytes.

AdwCleaner, une solution ultra-téléchargée

Développé depuis 2011, l’outil AdwCleaner connait un important succès auprès des utilisateurs. Preuve en est, le logiciel a été téléchargé plus de 200 millions de fois depuis son lancement, avec une moyenne quotidienne estimée à environ 200 000 téléchargements.

Gratuitement téléchargeable, cet outil mis au point par trois étudiants français permet à tous les utilisateurs de PC Windows d’effectuer une recherche permettant d’identifier la présence éventuelle d’éléments potentiellement dangereux dans les barres d’outils ou bien de hijackers c’est-à-dire d’éléments qui vont changer les paramètres du navigateur web de sorte à imposer la consultation de certaines pages web.

Aussi, à l’heure où le malvertising est de plus en plus présent, pas étonnant qu’un nombre croissant d’utilisateurs se dotent d’AdwCleaner pour se protéger.

Malwarebytes rachète AdwCleaner et valorise son portefeuille

En rachetant AdwCleaner, l’éditeur californien MalwareBytes « renforce son arsenal contre les logiciels indésirables ». En effet, depuis maintenant quelques années, MalwareBytes mène la chasse contre les « logiciels à la valeur ajoutée discutable » et ces derniers sont particulièrement nombreux si on en croit l’éditeur.

Souvent téléchargés en toute légitimité, ces logiciels sont une réelle menace pour les internautes et peu d’outils efficaces permettent de véritablement lutter contre leur « prolifération ».

Si MalwareBytes a déjà contribué à éliminer plusieurs millions de « Potentially Unwanted Programs », nul doute que l’acquisition d’AdwCleaner devrait accentuer un peu plus le rôle joué par l’éditeur californien sur le marché.

Reste tout de même à savoir ce qui découlera de cet achat pour l’outil même si tout semble indiqué qu’il restera disponible gratuitement. L’éditeur californien aimerait semble-t-il surtout profiter de la renommée de cet outil en Europe pour asseoir un peu plus encore sa position sur ce marché bien précis.

Rating: 4.0. From 1 vote.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*