Réseaux sociaux et entreprise : prudence

Réseaux sociaux

Parler de son entreprise sur les réseaux sociaux, attention aux risques !

Peut-on parler de son entreprise sur des réseaux sociaux tels que Facebook, Google+, LinkedIn, Twitter, Viadeo, YouTube et autres ? La première des précautions à prendre (pour éviter tout désagrément) est de contrôler l’accès à son profil de façon à ce que seuls vos proches puissent consulter ce que vous mettez en ligne.

Il faut aussi être vigilant sur le contenu : ne pas divulguer d’informations confidentielles, bien sûr, mais aussi faire attention à ce que l’on dit à propos de son employeur et de son entreprise. Plusieurs licenciements ont été effectués à la suite de publications de messages concernant son entreprise et/ou ses supérieurs hiérarchiques.

Alors que peut-on dire et à qui ? On a en effet tendance à considérer que les discussions qui circulent sur les réseaux sociaux revêtent à priori un caractère «privé»…Erreur !

Le conseil des prud’hommes de Boulogne a considéré que les propos accessibles aux « amis d’amis » perdent leur caractère privé et peuvent ainsi justifier un licenciement.

« …Non, les salariés ne peuvent pas dire n’importe quoi sur la Toile. En témoigne le récent jugement du conseil des Prud’hommes de Boulogne-Billancourt validant le licenciement de deux salariées d’Alten (société d’ingénierie) qui avaient échangé sur Facebook en y créant le  » club des néfaste  » à l’encontre de leur hiérarchie. Ce cas n’est pas isolé. L’employeur a donc tout intérêt à veiller à sa e-réputation et à prévenir les conflits. D’autant que l’activisme numérique risque d’augmenter pour 64 % des sondés interrogés. Un phénomène à surveiller si l’on songe que 73 % des Français sont connectés à Internet. Et que parmi eux, 78 % se déclarent membre d’au moins un réseau social… »

Il ne faut surtout pas non plus, en complétant son profil, ajouter des commentaires désobligeants sur son entreprise.

Il n’y a que deux solutions qui vous permettent de ne pas encourir un licenciement de la part de votre employeur : la plus radicale est de ne pas en parler.

A défaut, il faut « privatiser » cette information au moyen des outils offerts par les réseaux sociaux : paramétrer votre profil pour que vous ne soyez pas trouvable, sauf par vos amis. Créez également des groupes d’amis par catégories en fonction des informations que vous souhaitez diffuser ou pas.

Et alors dans ce cas… vous conserverez votre emploi ;-).

Philippe Coquereau
PDG Cabinet d’expert Comptable Fidus Paris

No votes yet.
Please wait...

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*