Test du Linutop (PC Linux)

Présentation du Linutop

Les adeptes de linux en ont revé, Linutop l’a fait ! Cela pourrait être l’un des slogans accrocheurs pour présenter le Linutop, un PC de quelques centimètres proposé à un prix attractif qui permet à ses utilisateurs de surfer sur le web, faire du traitement de texte et bien d’autres choses … Notre spécialiste des solutions open source nous propose un article complet dédié à cette solution qui pourrait faire des heureux … Revue de presse d’un produit pas comme les autres.

Mon précédent article était quelque peu immérité, aussi je remercie l’équipe du Linutop pour avoir accepté le prêt de matériel tout le temps nécessaire. Dans l’article antérieur j’ai basé mon discernement par rapport à des solutions desktop complètes, hors le linutop doit se placer comme une solution « PC léger ».

Linutop

Le prix du Linutop …

335 € (Linutop + Clé USB 1go contenant l’OS) – Prix sans les frais de port. Le Linutop est en vente sur Linutop.com.

Les caractéristiques

En bref voici grâce à quelques pictogrammes les spécificités du
Linutop. Vous verrez ainsi ce qu’il fait et ce qu’il ne fait pas en un clin d’oeil.

oreille.png 0 db en toute circonstance
Ne chauffe pas.
taille.png Encombrement record. 87 fois plus petit qu’un Pc de bureau
elec.png Linutop 6W soit 8€ par an
Pc normal 100W soit 130 € par an
os.png Système d’exploitation gratuit, open source basé sur Debian
<img alt= Aucun virus suceptible de détruire votre système
ff.png Idéal pour la navigation Internet et l’envoi d’emails. Equipé du navigateur le plus populaire du moment.
abiword.png Inclu : traitement de texte rapide et complet répondant au nom d’Abiword
chat.png Communiquer avec Gaim sur les réseaux Jabber, Msn, Aim, Irc … .
hp.png Enregistrer votre voix, écouter votre musique préférée

N’est pas inclu avec le linutop

Attention aucun périphérique n’est inclu avec le linutop, j’entends par là pas de clavier/souris, pas d’écran, pas de micro, pas d’enceintes, pas de lecteur/graveur, pas de disque dur, simplement une clé usb d’un go.

Le linutop en détails

Le rapport hardinfo en détails.

Processeur et mémoire, consommation électrique très faible

AMD Geode LX700 @433Mhz / 256 Mo Ram

Dans la version vendue actuellement, le linutop n’a pas la possibilité d’évoluer, en effet, mémoire vive, processeur sont soudés à la carte principale. Cette limitation est en faveur d’une limitation des problèmes de compatibilité, mais on préférait un produit ajustable. Le principal intérêt du produit réside dans sa faible consommation électrique (+/- 6 Watts).

La comparaison qui suit a pour unique but de vous faire réagir sur les extroadinaires différences de consommations électriques entre CPU
Cette prouesse d’économie est obtenue grâce à l’utilisation du processeur AMD Geode LX700 X86 L1 128kb qui ne dégage qu’une puissance de 0,7 Watts. Si on le compare à un AMD 64 3500+ il devient évident que ce dernier prend l’avantage en nombre d’instructions réalisées par seconde (2,3 milliards contre 865 millions) mais si nous en venons à comparer les puissances nécessaires, il est clair que le modèle Geode qui équipe le linutop prend l’avantage du meilleur rendement (50 watts AMD64 / <1W Geode LX700). Pour vous faire une dernière idée un processeur type Intel Core 2 duo E6300 consomme plus de 150W à lui tout seul, donc si c'est pour surfer sur le net, ce n'est pas rentable d'avoir le dernier cri des avaleurs de Watts.

Connectivité

Notre première remarque a été la suivante : pas de wifi, pas de bluetooth dans un si petit boitier voué au déplacement ? Effectivement pas de connexion sans fil disponible mais en revanche 3 ports USB (3 +1 pour la clé de démarrage) permettant de rajouter les options nécessaires. Si le nombre de port usb venait à manquer il est toujours possible de recourir à un HUB USB auto alimenté.
Enfin comme derniers éléments de réponse pour justifier l’absence de connexion Wifi, il faut se rappeler que le Linutop n’est pas une solution laptop mais une solution desktop, tels ont été les propos de Frédéric Baille, l’autre raison était que le coût de développement semblait visiblement trop élevé.

Pas de connexion réseau sans fil par défaut mais un port RJ45 10/100Mps permettant de relier le linutop à un routeur ou à un réseau local. Lors de nos tests l’accès à Internet a été immédiat à partir du moment où le câble réseau était branché. Si toutefois l’accès au réseau ne se fait pas et que vous savez que votre réseau est configuré en IP automatique grâce au DHCP, tapez dans un terminal (sur linutop) sudo dhclient eth0. Cette commande permet d’obtenir une ip afin d’être reconnu sur le réseau local.

Linutop

Audio / Vidéo

L’audio reste correct, les tests micros et casques ont été jugés suffisants pour une utilisation de base. Le niveau sonore doit être évidemment un peu poussé mais c’est tout à fait correct pour une écoute occasionnelle de vos morceaux de musique ogg vorbis ou mp3. En revanche la vidéo laisse à désirer, le système actuel est incapable de gérer des vidéos de taille moyenne de 425*335 sans lagger. Que ce soit au sein de Firefox ou directement avec le lecteur vidéo fourni le résultat est tout aussi décevant. L’affichage en plein écran est impossible, mais pardonnable car ce n’est pas l’objectif du linutop d’être une station home cinéma, mais les lags dans les vidéos dailymotion, youtube, allocine sont très ennuyeux dans la mesure ou cela fait partie d’une utilisation Internet commune pour aujourd’hui.
Hormis l’affichage de vidéos quelque peu limité, l’affichage de l’interface du système d’exploitation est correcte, on est directement en 1280*1024 (max) sur l’écran plat 19″ utilisé et aucune manipulation n’a été requise.

Linutop

Système d’exploitation


Comme énoncé dans un précédent article, le système d’exploitation tourne sur la version Xubuntu 6.10 Edgy Eft. Cette dernière appartient à la grande série Ubuntu qui est elle-même issue des versions Linux Debian. C’est un peu compliqué quand on ne connait pas la hiérarchie des différentes distributions Linux, mais voici un schéma. (Suivre la ligne en rouge ocre puis la marron… Pour être rapide, on va dire que Xubuntu c’est comme Ubuntu mais avec un gestionnaire de fenêtres WM (Window Manager) et quelques autres logiciels différents, cette version a été spécialement conçue pour d’anciens modèles PC, d’où l’utilisation de XFCE 4 WM.

Ce n’est pas la dernière version de (X)ubuntu, tout comme le noyau (kernel 2.6.17 ), oui en plus des différentes distributions, il existe plusieurs versions d’une distribution. Pour le linutop on se trouve avec l’avant dernière distribution stable par défaut, mais ceci n’a que très peu d’importance, le seul hic c’est l’impossibilité de mettre à jour le système facilement et rapidement (voir la section « pour aller plus loin »).

La distribution (X)ubuntu en quelques mots

Linux Ubuntu est un système d’exploitation alternatif open-source remplaçant parfaitement Microsoft Windows Xp/vista pour 0 €. Ce dernier comporte par défaut tout ce qui peut être nécessaire pour une utilisation aussi bien personnelle que professionelle de l’outil informatique. La version fournie avec le linutop a été quelque peu arrangée pour ce dernier, mais dispose de logiciels équivalents tout aussi performants, voir meilleurs que les équivalents propriétaires.

Note : J’utilise de façon quotidienne Ubuntu. Que ce soit pour la maison ou le travail, aussi Ubuntu me semble être le système le plus performant et surtout le plus rentable pour un étudiant, professionnel, école, entreprise.

Pour aller plus loin …

Utilisation de SquashFs

L’utilisation d’un système compressé squashFs sur la clé usb fournie est à double tranchant, d’un côté cela permet d’éviter toute action malleveillante, même si cela reste possible dans l’absolu (notre équipe le pouvait donc d’autres peuvent le faire également), et d’un autre côté cela paralyse toute action de mise à jour du système. Je m’explique : le système étant sous forme compressé, c’est à dire en lecture seule, toutes vos actions d’installation et de mise à jour ne seront que virtuelles et non physiques, ce qui placera l’ensemble de vos fichiers en mémoire Ram, et effaçable dès le redémarrage de la machine. Alors on est en droit de se poser la question suivante :

Pourquoi utiliser le système squashFs qui semble si contraignant ?

A cela on répond simplement : pour une question de place et de robustesse (sécurité) , je rappelle que le système d’exploitation est embarqué sur une clé USB d’un 1go aussi il faut compter 1,3go de place pour un système complet Ubuntu. En utilisant le système compressé squashFs, il est possible d’obtenir un gain de place de plus de 30% ce qui place le système au environ de 460 Mo. Ce système est en quelque sorte intelligent, il utilise en décompressant « dynamiquement » uniquement selon dont il a besoin.
Sans modifications particulières, l’installation de nouveaux logiciels fonctionnera mais si vous redémarrez votre linutop, vous constaterez que tous vos efforts n’auront servi à rien. Si vous êtes intéressés par le protocole d’installation permanente de nouveaux logiciels, veuillez poursuivre votre lecture sur « Duplication physique et tentative de mise à jour ».

Remarque importante : La clé est désormais fournie en mode 2 partitions, ce qui permet de conserver les fichiers, configuration, et, en supprimant la deuxième partition il est possible de passer en mode Kiosque, c’est à dire qu’à chaque démarrage tout est effacé.

Installation de nouveaux paquets …euh… logiciels

Même si vous avez été prévenu sur le caractère volatile des installations voici la démarche à suivre si vous souhaitez installer un nouveau logiciel de manière aisée. Pour la plupart des gens « ligne de code », « compiler un programme » sont des termes, pour les plus chanceux encore inconnus, et pour les autres moins novices trop effrayants pour être prononcés en leur présence. Rassurez-vous, pas de panique, Linux Ubuntu a une solution extraordinaire pour vous permettre de récupérer un logiciel, je m’étonne juste que l’entreprise Microsoft n’ai pas déjà repris le concept.

Quand vous souhaitez installer un logiciel sous Windows, vous devez soit avoir un cd d’installation soit télécharger un fichier .exe, cela se passe toujours en deux étapes Récupérez le logiciel dont je connais le nom, caractéristiques et installer le logiciel en cliquant sur le fichier .exe puis suivre le protocole d’installation (Suivant,…Suivant, Oui, Oui, Suivant,Terminer, Rédémarrage obligatoire).

Bien, sous (X)ubuntu c’est encore plus simple à condition de bien vouloir perdre vos réflexes windowsiens (téléchargement et installation sont confondus). Grâce au programme « synaptic » il est possible de télécharger / installer en une seule action n’importe quel logiciel. Notre équipe trouve dommage que le logiciel « truc » ne soit pas livré par défaut avec le linutop, voici les instructions :

Dans Applications > Programmes > Synaptics tapez comme critère de recherche « truc » enfin après l’avoir sélectionné cliquez sur Installer. C’est simple non ?
Plus rapide encore : Application > Terminal tapez :
sudo apt-get install nom-de-votre-logiciel-truc

Plus de détails sur le système Synaptic et l’installation de programmes en ligne de commande

*Vous souhaitez installer Opera, voici la page nouvellement créée par mes soins sur le wiki du Linutop ( en cours )
*Vous souhaitez changer de Window Manager et utiliser Fluxbox (en cours)

Créer son propre système

Cette démarche fait suite à une volonté de pouvoir disposer d’un système pouvant être mis facilement à jour directement sur le linutop. Plusieurs méthodes ont été effectuée, mais aucune n’a réellement abouti. L’absence de lecteur Cd-rom ainsi que la quantité réduite de taille disponible ont quelques peu complexifié les tâches.

Depuis rien – from scratch !

La première étape, consistait à partir d’une clé vierge d’obtenir un système Ubuntu complet. Cette démarche est facilement réalisable à partir du moment où l’on dispose d’une connexion Internet très haut débit. Dans notre cas il a fallu compter plus de 4h pour rapatrier tous les paquets et les installer sur la machine. Après avoir rendu la clé bootable, il suffit de choisir le système Ubuntu que l’on souhaite installer et il n’y a plus qu’a attendre (4h).

Comment rendre ma clé bootable afin d’installer mon système depuis Internet?

  • Récupérez boot.img.gz et le décompresser
  • Copiez de boot.img dans votre clé vierge via la commande dd if=/chemin/boot.img of=/dev/sda1 (sda1 est votre clé, vérifiez !)
  • Branchez la clé et démarrez le linutop, suivez les instructions

Après avoir installé l’ensemble des paquets nécessaires.. il est indispensable de rajouter le paquet xserver AMD car la puce graphique est produite par ce dernier.

sudo apt-get install xserver-xorg-video-amd

Malgré nos efforts de reconfiguration xserver, de la récupération xorg.conf, de la comparaison paquet par paquet par rapport au linutop, il a été impossible de démarrer. L’écran freeze noir au moment du lancement Xserver sans pourtant afficher d’erreurs (vérification des logs)

D’après la configuration existante, par copie du noyau monté

Une autre méthode a consisté à copier en montant le contenu du squashFs sur une autre clé USB puis de rendre cette dernière bootable, cette démarche n’a pas abouti non plus

Par duplication physique (bit à bit) et tentative de mise à jour

Enfin, nous voilà à la dernière méthode. Cette dernière a été partiellement réussie, la copie conforme d’une clé vers une autre à l’aide de « dd » fût assez aisée. En quelques minutes il nous a été permis de bénéficier d’une copie exacte sans risque de détérioration de l’original.
Oui c’est très bien, mais finalement on n’est pas plus avancé ! nous avons copié le système sans pour autant pouvoir apporter des mis à jour, ajouts réels, toujours à cause de squashFs.

Voici en théorie ce qu’il faut faire :

  • Décompressez / Montez le squasfs dans la deuxième partition de la clé
  • Modifiez le chroot pour rediriger les installations vers ce nouvel endroit et non dans la mémoire RAM
  • Supprimez le squashFs actuel pour libérer l’espace de la première partition
  • Compilez/Compressez un nouveau squashfs à partir de la deuxième partition vers la première (la manipulation peut durer longtemps).

Manque de chance, pour une raison de place (un peu étrange) le système n’a pu terminer ( 45%). Mais nous avons de bonnes raisons de croire que sans cette erreur ils aurait été possible d’obtenir un système avec les nouveaux logiciels en dur (et non en RAM).

Conclusion

Les néophytes vont adorer tandis que les amoureux de la bidouille vont transpirer

J’espère ne pas vous avoir effrayé avec mes histoires « SquashFs » et « créer son système depuis rien » car de base tout fonctionne correctement, pas de bidouille à faire : Réseau, résolution écran … ont déjà été paramétrés pour vous, sans mentir je dispose d’une connexion avec routeur chez ** ** *** (il ne mérite pas d’être cité), et j’ai obtenu de suite Internet sans configuration, ce n’est pas extraordinaire je vous l’accorde, mais tellement agréable et ce, même quand on est passionné par le sujet et les manipulations en tout genre.

Si vous avez lu les précédents paragraphes, vous vous êtes rendus compte que configurer le linutop n’est pas aisé, et que de bonnes bases Linux sont indispensables. Nous avons effectué nos tests uniquement depuis une clé usb 2go, mais je vous recommande vivement l’utilisation d’un DD externe 2″1/2, ça vous conferera une plus grande liberté d’action pour un encombrement mini. (Remerciement à Julien.C pour sa précieuse aide)

A qui s’adresse le linutop

Par sa prédestination au Web, le linutop est idéal pour les bibliothèques, écoles, universités, musées, administrations, hôtels, hôpitaux, cybercafés voir même la maison, à condition de ne pas trop en demander. Sa faible consommation est un atout certain. Si une bibliothèque souhaite 20 ordinateurs branchés sans interruption à une prise électrique, cela revient à 2600€ par an contre 160€ pour le linutop.. y a pas photo ! Si l’ordinateur est uniquement voué au surf web, il est plus que conseillé d’opter pour un linutop.

Malgré « son caractère verrouillé », le linutop peut également convenir pour une utilisation « serveur à la maison », pour cela il vous faudra être armé de patience et d’un calme olympien afin d’arriver à dompter la bête. Nos essais n’ont pas été sans sueur, pour finalement arriver à un bilan un peu décevant de ce point de vue la.

Les petites améliorations que j’aimerais

  • Incorporer par défaut d’autres navigateurs comme Opera par exemple.
  • Pouvoir lire correctement des vidéos de moyennes tailles.
  • Au lieu d’une clé USB apparente et encombrante, on aurait préféré un lecteur Compact flash à l’avant ou l’arrière. L’équipe du Linutop réfléchi actuellement à des solutions internes
  • 2 partitions créés au lieu d’une afin de bénéficier d’un endroit de stockage permanent
  • Un bouton on/off aurait été le bienvenu, mais ce système est prévu pour être démarré une seule fois par journée
  • Proposer un choix de configuration interne, mais ceci est peu être incompatible avec les prix compétitifs actuels
  • De par son âge récent, le Wiki linutop est un peu vide
  • Le Linutop est minuscule, aussi on aimerait trouvé facilement des périphériques du même esprit, aussi à l’aide de partenariat on pourrait disposer de l’option périph’ lors de l’achat.
  • Une option interne incluant le Wifi ne serait pas un mal. La seule solution est de rajouter une clé USB Wifi, il travaille actuellement sur le sujet pour permettre au Linutop de conserver les configurations Wifi à chaque démarrage.
  • J’aimerais voir une version avec un système plus léger avec comme Window Manager FluxBox. XFCE bien que convivial me semble trop lourd.

Ce qui a retenu notre attention

  • Système d’exploitation qui a le vent en poupe : Linux Ubuntu (version Xubuntu)
  • Encombrement minimal
  • Faible consommation électrique
  • Design intéressant

2 commentaires sur Test du Linutop (PC Linux)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*